Dans mon enfance on m’a dit que j’étais discrète, réservée, timide et quelque fois effacée.
A 7 ans si ma mémoire est bonne j’ai été voir une psychologue parce que je parlais très peu. Je me souviens que c’était des bons moments passés avec elle. Je me demandais pourquoi j’étais la seule élève de la classe à aller la voir ? Quelque chose clochait en moi ? j’étais bizarre ? Pas normale ? J’étais une privilégiée ?

Je ne me souviens plus si je l’ai vu pendant longtemps (je dirais quelques mois). Je l’ai entendu dire après notre dernière séance : “ c’est de la timidité, cela va s’arranger en grandissant “. Ca va s’arranger …?! Je suis malade ? Ce ne sont pas les mots exacts mais ça y ressemblait. Donc j’en ai conclu que quelque chose cloche chez moi.

Je ne parle pas beaucoup

Sur certains de mes bulletins scolaire on peut lire . “Marie est une bonne élève mais ne participe pas assez en classe”, “Je ne connais pas la voix de Marie”, “élève trop effacée”, “élève sérieuse mais trop discrète”. Encore une fois on me fait comprendre que je ne suis pas normal. Le fait de ne pas être bavarde, d’être discrète  ça dérange, ça perturbe.

Je ne sais pas si t’as connu ça, au lycée (à mon époque) on aimait bien écrire des petits mots sur les affaires de nos copines. En fin d’année scolaire une de mes copines avait écrit: “ Coucou Marie, je te kiffes, t’es super sympa, mais ouvre un peu plus ta gue*le “. Quand j’ai lu cette phrase, je me suis dit waouw ! En vrai tu me connais pas. On n’a passé une année scolaire ensemble et t’as toujours pas compris que j’étais comme ça. On me renvoi encore une fois au visage si tu parles pas beaucoup c’est que t’es bizarre.


Arrivée en BTS je décide de passer ces deux années en alternance. Chouette ! Je vais pouvoir acquérir de l’expérience, découvrir le monde du travail et là je serai enfin acceptée tel que je suis, trop bien ! La grosse blague… Tu parles pas beaucoup tu n’ennuies ? T’es timide ? T’es pas bien avec nous ? Si si tout va bien c’est juste que… que… mais laissez-moi tranquille bordel !

Je me suis dit bon c’est que je dois faire un effort, je dois participer un peu plus aux discussions de groupe, montrer que je ne suis pas une fille coincée, que je suis une grosse fêtarde et que je ne suis pas timide. Je m’exécute et et c’est la grande métamorphose je deviens enfin celle que les autres veulent que je soit. Sauf que cela m’épuise au plus au point et comme on dit chasser le naturel et il revient au galop. Le naturel est très vite revenue.

Je suis comme ça !

Sur l’une de mes publications instagram, je te racontais ce qu’un homme m’avait dit : tu parles pas beaucoup pour femme” raaah !! J’étais agacée, choquée, intriguée. Que voulait-il dire par-là ? Qu’est-ce que je devais comprendre ? je pensais qu’on allait jamais me comprendre et que j’allais jamais être acceptée comme je suis. Suis-je SI différente des autres ? L’idée de faire semblant d’être quelqu’un d’autre pour faire plaisir aux autres cela n’est pas envisageable pour moi.

C’est au fur et à mesure du temps que je comprends que beaucoup de personnes ont une mauvaise image d’une personne introvertie. On pense que les introvertis sont des personnes qui passent tout leur temps seules, qu’elles sont tristes, dépressives, qu’elles ne sont pas sociables, elles sont forcément timides et elles parlent pas beaucoup. Ce qui est faux.

Nous avons besoin d’être seule pour se ressourcer c’est notre moyen à nous de faire le plein d’énergie. Tous les introvertis ne sont pas timides, il existe des extravertis qui le sont si si je t’assure, ce n’est pas une blague. C’est vrai que nous parlons pas beaucoup, on préfère écouter. Et puis parler de la pluie et du beau temps nous intéresse peu, en revanche un sujet qui nous demande de la réflexion et/ou qui nous passionne alors là on ne s’arrête plus.  

Nous (les introvertis) avons tous pleins de qualités (et des défauts aussi) mal connus, même par les introvertis. Nous sommes pas bien compris par les extravertis et c’est bien dommage ! Il m’est arrivée quelque fois d’avoir la sensation de vivre dans un autre monde parce que je me sentais en décalage par rapport aux autres.

Et depuis je me porte bien…

Avec le recul je pense avoir souvent assumé ce côté introverti par le passé, malgré les moments de doute. Aujourd’hui je l’assume à 100 % . Ca fait partie de moi et je suis complétement en accord avec ça. C’était plutôt les remarques qu’on me faisait qui me dérangeait. On voulait changer ma personnalité sans apprendre à me connaître.

Maintenant je sais m’écouter, je sais dire non quand j’ai besoin d’être seule pour prendre du temps pour moi. je ne culpabilise plus quand je décide de quitter une soirée 1h après être arrivée ou de partir la première. Je ne cherche plus à me justifier auprès de qui que ce soit. Les remarques que je peux avoir ne m’affecte plus comme avant. Je me contente de répondre avec humour ou avec un  sourire.


Je sais que beaucoup d’introvertis ont du mal à faire se comprendre, à se faire accepter, à devoir trop souvent (si ce n’est pas tout le temps) se justifier sur le besoin de se retrouver seul. Beaucoup portent encore le masque d’extravertis pour faire “comme tout le monde”.Beaucoup ont un mal-être à cause des remarques des autres. A toi introvertis qui me lis si tu te reconnais sache que tu as le droit d’être qui tu es, ce ne sont pas les autres qui doivent dicter ton comportement, ni te dire qui tu dois être. Soit OK avec toi si t’as besoin de te mettre dans ta bulle pour retrouver la paix intérieure ou pour te reconnecter à toi. Toi aussi tu as droit d’avoir la vie que tu veux.

A bientôt belle plume !